Livraison gratuite sur toute la boutique
histoire des tipis

Aujourd’hui, lorsque les enfants construisent des cachettes secrètes ou jouent au fort, ils finissent généralement par imiter la forme d’un tipi (plus précisément “tipi”) pour leurs jeux. Lorsque cela se produit, cela peut sembler n’être rien d’autre qu’un jeu imaginatif mais ils puisent en fait dans une idée que les êtres humains ont depuis de nombreux millénaires.

Le mot “tipi” vient de la langue Lakota et du mot “thípi”, qui est souvent traduit par “ils habitent”. Aujourd’hui, vous pouvez le voir s’écrire tipi, tepee ou teepee mais chacun fait référence au même type de structure.

Un certain nombre de tribus amérindiennes, largement connues sous le nom d’Indiens des Plaines en Amérique du Nord, construisent depuis longtemps des tipis pour les habitations familiales et parfois à des fins cérémonielles. Les structures étaient particulièrement importantes chez les individus appartenant aux tribus Lakota, Pawnee, Arapahoe, Kiowah et Cheyenne.

Alors que les colons blancs se dirigeaient vers l’ouest du continent nord-américain, ils ont observé des peuples autochtones vivant dans des tipis, pensant à tort que les habitations qu’ils voyaient étaient primitives. En réalité, ces structures font non seulement une utilisation très intelligente et responsable des ressources disponibles mais répondent également à de nombreux besoins physiques et spirituels de leurs habitants.

Jetons un coup d’œil à ces structures inspirantes afin d’en apprendre davantage sur leur histoire et leur signification.

histoire des tipis

Quand et où les tipis ont-ils été utilisés ?

Certains indices suggèrent que les habitations en tipi pourraient avoir été utilisées dès 10 000 ans avant Jésus-Christ. Les archéologues ont trouvé des indications que des habitations faites d’une série de perches en bois existaient déjà il y a longtemps, en datant au carbone des échantillons de sol prélevés sur ce qui semble être les restes d’anciens campements ou villages. Il est possible que ces habitations soient plus précisément appelées “wickiups“, qui utilisaient de l’écorce ou des brosses pour les murs extérieurs, par opposition aux peaux ou aux toiles (qui en feraient des tipis).

Les archéologues ont également découvert des bagues en pierre datant de 7500 avant JC. Les anneaux de pierre peuvent être liés de façon plus définitive à la construction des tipis car les pierres étaient utilisées pour maintenir le bord extérieur d’une habitation recouverte de peaux.

Les tipis sont plus ou moins utilisés dans les grandes plaines d’Amérique du Nord depuis la préhistoire. Cependant, ce que l’on peut considérer comme une conception plus moderne du tipi a été beaucoup plus utilisé une fois que les chevaux ont été introduits dans de nombreuses tribus indigènes. Les chevaux ont permis aux peuples indigènes de devenir plus nomades, de sorte que la conception du tipi a été perfectionnée au point qu’il peut être démonté et monté rapidement et ses composants plus facilement transportés.

Construction du tipi

Les perches utilisées pour soutenir un tipi étaient faites de jeunes arbres. L’écorce était enlevée, les poteaux étaient polis et séchés pour créer une base plus solide sur laquelle on pouvait construire.

La construction commencera par la création d’un trépied à partir des trois plus grands poteaux et leur assemblage au sommet. Les trois sondages formeront une base triangulaire sur le sol. Une douzaine d’autres bureaux de vote ou plus seront ensuite posés contre le trépied de fondation, créant ainsi un cercle avec une large base (généralement de 2 à 3 mètres de large pour une habitation familiale).

La couverture extérieure d’un tipi était autrefois faite de peaux d’animaux et plus tard de toile. Un tipi moyen peut nécessiter jusqu’à 28 peaux de buffle pour fermer correctement l’abri. Le passage des peaux d’animaux aux toiles s’est fait en grande partie en raison de la diminution de la disponibilité des buffles et de la plus grande disponibilité des toiles, qui sont plus légères et plus faciles à transporter.

Autrefois, la couverture extérieure était fixée au sol soit par des piquets de bois, soit par de lourdes pierres. Dans les grandes plaines, le vent peut devenir un problème mais un tipi correctement construit et sécurisé est incroyablement résistant au vent grâce à sa forme conique et à son ancrage solide. Pendant les mois d’été, le bord inférieur de la couverture du tipi peut être relevé pour permettre à l’air plus frais d’entrer dans l’habitation.

L’un des aspects les plus emblématiques d’un tipi est le toit ouvert avec les perches qui s’étendent vers l’extérieur. C’est cette ouverture au sommet qui a rendu les tipis beaucoup plus avancés que les autres types d’habitations nomades car cette ouverture fait office de cheminée. Les volets de fumée situés près du sommet peuvent contrôler le flux d’air et peuvent être ajustés si nécessaire. Les habitants peuvent ainsi disposer d’un feu à l’intérieur du tipi pour cuisiner et pour se chauffer. Pendant les mois d’hiver, cette source de chaleur est devenue très importante pour la survie, tout comme la possibilité d’avoir un feu à l’abri du vent et des intempéries. Pendant les mois les plus chauds, l’ouverture en haut du tipi évacuait également l’air chaud, ce qui permettait de rafraîchir l’environnement intérieur.

La vie dans un tipi

Le tipi était plus qu’une simple habitation pour ceux qui l’avaient construit. Ils représentaient beaucoup de choses : une maison, une protection contre les éléments, une communauté et un espace sacré.

La literie était placée au sol, les effets personnels étaient disposés le long des murs ou entre les espaces de couchage. Parfois, les hommes et les femmes étaient séparés dans des côtés différents du tipi pour dormir et s’asseoir.

Pendant les mois froids, une doublure intérieure était fabriquée à partir de peaux d’animaux, de couvertures ou de bandes de tissu. Elle était suspendue le long de la partie inférieure de la paroi intérieure, créant ainsi une couche d’isolation supplémentaire pour garder les habitants au chaud pendant leur sommeil. De l’herbe ou des broussailles pourraient être placées entre le mur extérieur et la doublure pour ajouter encore plus d’isolation.

Beaucoup de gens se demandent si la neige ou la pluie pénètre dans l’habitation par la partie supérieure ouverte du tipi et en effet, le temps était un défi à relever. De nombreux tipis ont été construits de manière à être légèrement inclinés, afin d’empêcher la pluie de tomber directement à l’intérieur et de permettre aux précipitations de s’écouler librement en s’éloignant de l’ouverture du sommet. Certains des tipis les plus modernes étaient équipés de rabats supplémentaires en toile situés à l’intérieur, destinés à recueillir l’eau de pluie et à l’empêcher de tomber à l’intérieur.

La structure elle-même était tenue pour très sacrée. Le sol d’un tipi avait la forme d’un cercle, ce qui symbolisait la façon dont tout dans le monde est connecté. L’espace au sol représentait la terre, tandis que les murs en pente représentaient le ciel. Dans certains cas, un petit autel peut avoir été construit près du centre du tipi pour la prière, par exemple pour brûler de l’encens.

L’extérieur du tipi peut avoir été décoré ou peint pour représenter des ancêtres, des esprits, des batailles ou d’autres motifs symboliques. Tous les tipis n’auraient pas été peints ou brodés de cette manière.

village tipi

Villages de tipis

Au fur et à mesure que les colons se déplaçaient vers l’ouest, notamment grâce à des événements comme la ruée vers l’or californienne de 1849, beaucoup d’entre eux se sont installés dans de grands campements ou des villages de diverses tribus amérindiennes. C’est ainsi que nous avons pu obtenir des preuves photographiques de la façon dont certains villages de tipis se présentaient à l’époque.

Certains villages, pas tous, étaient disposés en cercle, chaque tipi s’ouvrant vers l’est. La formation, l’espacement et la disposition des tipis avaient tous de l’importance pour les gens qui y vivaient et chaque membre de la communauté reconnaissait sa place particulière dans ce schéma. Dans certains villages, un plus grand tipi était réservé à l’habitation du chef. D’autres disposaient d’un grand tipi servant de pavillon communautaire ou d’espace de rassemblement. Certains villages auraient également des tentes spéciales réservées aux chefs spirituels ou aux guérisseurs.

La taille des villages pourrait varier considérablement, de quelques tipis seulement qui se rassemblent, à un campement de plus de 1200 personnes, comme celui rencontré à la bataille de Little Big Horn.

L’importance des tipis aujourd’hui

Aujourd’hui, les tipis sont devenus un symbole important de la vie et de la culture des peuples indigènes. Beaucoup sont construits à des fins artistiques et éducatives et peuvent être utilisés pour enseigner aux autres l’importance et le symbolisme de ces structures.

Toutefois, les tipis sont encore utilisés de nos jours. Pour les cérémonies ou les grands rassemblements, les personnes appartenant à diverses tribus d’Amérindiens utiliseront les tipis comme habitation pendant toute la durée de l’événement. Certains chasseurs modernes utiliseront encore un tipi comme pavillon de chasse car il est très pratique et portable. Il y a également eu quelques mouvements de base parmi les peuples indigènes pour redécouvrir leurs racines ancestrales et pour vivre comme leurs ancêtres.

De nombreux musées et parcs exposent des tipis authentiques que le public peut visiter pour en savoir plus sur l’histoire des structures et des personnes qui y ont vécu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier

Identification

Back to Top